Connaissez-vous les Brahma Kumaris ?

 

Source : http://le75020.fr

 

Le 75020.fr, journal web du 20ème arrondissement.

Ecrit par Pierre Bohm on oct 29th, 2009

Rubrique: Enquête.

Fil information du 20ème arrondissement par le flux RSS 2.0. du 75020.fr

 

Article + commentaires :

http://le75020.fr/paris-XXe-75020-20e-arrondissement/enquete/4126-connaissez-vous-les-brahma-kumaris.paris-75020-info

 

 

Vue d'un dépliant des Brahma Kumaris. En haut à gauche le logo du mouvement.    « La transformation du monde repose sur la transformation de soi »,

proclame la page d’accueil du site internet des Brahma Kumaris.

 

Les Brahma Kumaris ou « filles de Brahma » sont « un mouvement spirituel d’inspiration hindouiste », dixit Wikipedia.

 

Ils possèdent trois antennes à Paris dont une, la plus importante, rue Orfila dans le 20e arrondissement. Ils proposent des cours et séminaires gratuits pour le  développement personnel. On y travaille la confiance en soi, l’amélioration des relations, le bonheur. En ce moment, les cours s’intitulent « Le pouvoir de l’amour », « Arrêtons de se faire peur » ou « Apprendre à se regarder ». A première vue rien de bien dangereux.

Mais alors pourquoi le rapport d’enquête parlementaire du 22 décembre 1995 désigne-t-il les Brahma Kumaris comme une secte apocalyptique orientaliste pouvant présenter un danger ?

 

Shiv Baba, l’âme suprême.

Les cours de confiance en soi et de pensée positive transmettent au fur et à mesure des croyances spirituelles importantes pour les Brahma Kumaris. Shiv Baba, l’« âme suprême » est leur dieu. Progressivement, à la croyance en Shiv Baba, s’ajoute le respect au gourou : Brahma Baba Lekk Raj, un Pakistanais fondateur du mouvement et mort en 1969. Ce prophète est censé relayer le message divin sur Terre. En résumé, le Monde va être détruit par des guerres nucléaires et des catastrophes naturelles, puis une civilisation d’élite renaîtra dans un paradis terrestre.

Le temps n’étant pas linéaire mais cyclique chez les Brahma Kumaris, ils estiment que nous sommes actuellement à la fin d’un cycle de 5000 ans et que le temps de l’Apocalypse est venu. Pour être sauvé, il faut pratiquer le Raja Yoga afin de nettoyer son âme des impuretés et se préparer pour l’Après. Selon leurs dires, les « filles de Brahma » seraient un million dans le monde, vivant leur foi dans 7000 centres répartis dans 90 pays. En France, il y a 17 centres Brahma Kumaris. Ils revendiquent aujourd’hui environ 60 adeptes en région parisienne et seraient au total 200 en France selon le rapport d’enquête parlementaire de 1995.

 

« Une demi heure de méditation = deux heures de repos ».

La vie des adeptes s’organise autour de longues plages de méditation, à partir de 4 heures du matin. « Une demi-heure de méditation en conscience d’âme équivaut à deux heures de repos », clament les Brahma Kumaris. L’alimentation est aussi strictement encadrée puisque les adeptes sont végétaliens (pas de viande et pas d’œufs). Interdiction aussi de manger des oignons, de l’ail, de la ciboulette ou du poireau, et de manière générale toute nourriture épicée.

Le sexe est proscrit, au nom de la pureté et de la libération des liens avec la famille et la société. La « rupture induite avec l’environnement d’origine », citée comme l’un des dangers des mouvements sectaires par le rapport d’enquête parlementaire de 1995, est donc au cœur des pratiques des Brahma Kumaris, comme le relate une ancienne adepte.

La secte est uniquement financée, selon ses dires, par les dons des fidèles. La plupart des adeptes ont une vie professionnelle mais passent tout leur temps libre au sein de la communauté. On peut seulement imaginer qu’une part importante de leurs revenus est réinvestie au sein du mouvement.

 

Une Maire un peu désemparée.

Nous sommes allés demander à Frédérique Calandra, maire du 20e arrondissement, si elle surveillait les Brahma Kumaris. Réponse un peu embarrassée : « Je suis attentive à la question sectaire mais je ne les connaissais pas ». En revanche, elle « connaît l’appellation Raja Yoga » car elle « avait été alertée il y a une vingtaine d’années sur des dérives de groupes de Yoga ». Elle confie même que les Brahma Kumaris ont fait de la publicité pour le Raja Yoga dans le journal de la mairie : « On a été alertés et on a arrêté au bout de deux numéros. » Mettant en garde contre toutes formes de chasse aux sorcières, Frédérique Calandra regrette tout de même de ne pas avoir « les moyens de savoir si tel ou tel groupe à des dérives sectaires » et « compte sur les organismes spécialisés pour donner l’alerte ».

 

On se marre chez les Brahma Kumaris.

Côté Brahma Kumaris, au téléphone, l’évocation de l’adjectif sectaire pour qualifier le mouvement fait rire : « Je me doutais que vous alliez en parler (…) Aujourd’hui, quelle que soit l’association, on se fait traiter de secte ». Cette dame qui revendique 28 ans chez les Brahma Kumaris prend même l’exemple d’autres sectes pour se défendre : « Regardez la Scientologie, elle a eu gain de cause*. Il ne faut pas écouter ce que disent les autres il faut travailler pour soi », conclut-elle, persuadée.

 

 

*En réalité, si la Scientologie n’a pas été dissoute par peur qu’elle continue son activité « en dehors de tout cadre légal », le tribunal correctionnel de Paris l’a quand même condamné, mardi 27 octobre, à verser 600 000€ pour « escroquerie en bande organisée ». Alain Rosenberg, le patron de la Scientologie en France, a été condamné à 24 mois de prison avec sursis pour « escroquerie en bande organisée » et « complicité d’exercice illégal de la pharmacie ». Les deux autres accusés ont été condamnés à des peines de 1.000 et 2.000€.

(Source AP via nouvelobs.com)

çç SommaireTu vas lui faire peur è 

lmlmlml

Page de mon site : http://champion20.monsite.orange.fr

Mise à jour le mercredi 21 juillet 2010 - * maurice.champion20@wanadoo.fr *